Une métaphore : Comment les langues étrangères sont comme le Sentier des Appalaches

  •  
  • 179
  • 2
  • 2
  • French 
May 25, 2012 06:22
Un texte optimiste aujourd'hui pour les gens qui sont frustrés par les langues étrangères. Et on peux aussi apprendre un peu à propos du Sentier des Appalaches !

J'ai utilisé le site « Linguee » un peu pour chercher les expressions idiomatique. On peux le trouver ici : http://www.linguee.fr/francais-anglais/ C'est amusant, bien sûr, mais aussi très utile.

...


Je faisais une balade en kayak et je pensais à une métaphore pour l'apprentissage d'une langue étrangère. Si l'on n'a jamais appris une langue étrangère, le processus peut sembler mystérieux ou impossible, c'est vrai.

Il y a donc les gens qui abandonnent leurs rêves en avance, et les autres qui sont tentés par les publicités de « Rossetta Stone » : « Apprenez comme un bébé ! Parlez avec confiance ! », ou même pire, les cours qui promettent d'enseigner une langue en 7 jours. Les gens sont piégés entre le désespoir et les escroqueries.

Les gens qui veulent apprendre une langue ont besoin de deux choses : un chemin et une idée de l'ampleur de la tâche. La première est bien traitée ailleurs sur excessivement de blogs. Aujourd'hui, je voudrais essayer d'expliquer la deuxième. Hélas, je ne suis pas qualifié pour parler à propos de chinois ou l'arabe, mais seulement le français, une langue très proche de ma langue maternelle. Mais quelle est l'ampleur de la tâche ? À quoi est-ce que l'on pourrait la comparer ?

Quelques kilomètres de ma maison, il y a « Le Sentier des Appalaches » (ou « The Appalachian Trail » en anglais). Il commence en Géorgie et finit en Maine, 3 510 kilomètres plus tard. Il traverse des forêts, des montagnes et parfois des villes. Et chaque année, il y a plusieurs centaines de gens qui finissent tout le sentier en une seule saison, qui l'on appelle les « thru-hikers ». Par habitude, il faut à peu près six mois pour un « thru-hike », ou une grande randonnée.

Je pense que l'apprentissage d'une langue européenne est une tâche de la même ampleur, grosso modo, que la grande randonnée. Elle est une tâche sérieuse, mais pas du tout impossible, même pour les personnes âgées.

Jadis, il y avait une femme de 69 ans qui s'appelait Grandma Gatewood, est qui voulait faire une grande randonnée. Elle prit ses chaussures de tennis et une couverture de l'armée, fit un sac à dos à la main et commença à marcher. Et plusieurs mois plus tard, elle finit en Maine.

Oui, le sentier des Appalaches est plus facile si l'on est jeune et en forme, est si l'on a pratiqué en avance. On peut aussi acheter le matériel de randonnée ultra-léger est planifier en avance avec vos amis. Mais en fin de compte, tout ça a rien à voir les vraies raisons des succès : on doit mettre un pied devant l'autre et marcher.

Bien sûr que si l'on est complètement fou, oui, on peut le faire en la moitié du temps. Ou l'on peut acheter le matériel très cher et abandonner le projet après quelques jours. Et si l'on choisit de deviser le sentier en plusieurs étapes, on va sortir de la forme après chaque étape. Mais si l'on marche, on va arriver. C'est aussi simple que ça !

...

C'est un texte très loin aujourd'hui, et je vous remercie pour votre patience !

Je pense que je commence, maintenant, de m'exprimer mes idées un peu en français. C'est bienvenu après le désert intellectuel des derniers mois. L'immersion (même l'immersion partielle) est _frustrante_ comme tout.