Contes chinois: Lin Xiangru

  •  
  • 1137
  • 0
  • 2
  • French 
Feb 27, 2010 07:26 francais chinois contes histoire
Lin Xiangru était un politicien chinois de l'état de Zhao pendant la periode des royaumes combattants, c'est à dire dans le 4ième ou 3ième siècle avant Jésus Christ. On ne sait pas éxactement quand il était né, mais il était fort intélligent et consommé et ascendit rapidement dans la bureaucratie de Zhao.

Quand des délégués du roi de Qin venaient à la cour de roi Wuling de Zhao pour exiger [est-ce nécessaire d'ajouter "qu'on leur donne"?] un oeuvre d'art en jade inestimable comme tribut, Lin Xiangru était déjà établi à la cour. Il se proposait alors pour aller à la cour de Qin pour persuader leur roi de ne pas faire cette chose.

À la cour de Qin, on offrit à Lin 15 villes en échange pour cet oeuvre d'art; mais l'inspection revelait que beaucoup d'entre eux n'avaient pas de valeur et pouvaient facilement être repris par l'armée de Qin. Faisant semblant qu'il y avait un défaut microscopique dans le jade, Lin Xiangru réussit à la reprendre, puis il menaçait de la casser si les Qin essayaient de la reprendre par force, ne se souciant pas du fait qu'il serait probablement tué après. Comme le roi de Qin ne voulait pas voir cassé une chose d'une telle beauté par ses actions, il permit à Lin de rentrer à Zhao avec le jade, espérant de l'attraper sur le chemin. Pourtant Lin devinait ses pensées et s'enfuit en secret pour rentrer rapidement à Zhao.

Lin Xiangru devenait fameux dans tous les royaumes de Chine. On lui donnait le poste de chef-ministre de Zhao. Cependant il y avait beaucoup de gens qui l'enviaient son succès à jeune âge, surtout l'ancien général Lian Po, un des commandants les plus experimentés à ce temps. Il était tellement jaloux qu'il jurait l'inimitié à Lin.

Quand Lin en entendit, il decida que la meilleure façon de règler l'affaire serait de ne pas confronter Lian du tout. Il choisissait de s'asseoir de l'autre côté de l'assemblée royale pour éviter que son rang supérieur soit tellement visible, il évitait de rencontrer Lin à chaque fois qu'il le pouvait, et une fois il faisait tourner sa voiture dans une petite ruelle pour éviter qu'elle bloquait la voie à celle de Lian Po (dans lequel cas Lian Po l'aurait dû laisser passer grâce à son rang supérieur).

Beaucoup de gens, y inclus Lian Po lui-même, interprêtaient ça comme marque de faiblesse, comme si Lin, étant érudit plutôt que guérrier, était trop peureux de se battre. Mais quand on demandit à Lin pourquoi il se comportait d'une telle façon servile et timide, il répondit "Qui est plus dangereux, le roi de Qin ou Lian Po?". On répondait que le roi de Qin, bien sûr. Puis Lin dit "Vous savez que je n'avais pas peur du roi de Qin dans sa propre cour, pourquoi aurais-je peur de Lian Po?! C'est seulement que moi je suis chargé du gouvernement de notre pays et Lin en est chargé de la sécurité. Si les Qin voient que nous nous battons entre nous, il vont certainement nous attaquer sans délai. La querelle entre Lian Po et moi est une personnelle; je ne peux pas permettre à quelque chose de personnel de ruiner notre royaume!"

Quand on raportait cette réponse à Lian Po, toute sa haine vint remplacé de honte, parce qu'il reconnaitit que Lin avait le plus noble esprit. Il décida de s'excuser auprès de Lin. Il attachit des ronces (utilisé à ce temps comme fouets à punition) à son dos nu et marcha de sa maison à celle de Lin Xiangru pour lui supplier pardon. Lin Xiangru lui pardonna et depuis ce temps, ils étaient bons amis.

Lin Xiangru mourût probablement entre 262 et 228 avant JC.