L'ami de mon amie

  •  
  • 317
  • 4
  • 1
  • French 
Feb 9, 2013 02:15
J'ai regardé ce film à la télé sur ARTE cet après-midi. Au début ne le trouvais-je pas vraiment interessant, mais j'ai commencé à le regarder à cause de la petite heroine, Blanche, jouée par Emanuelle Chaulet, qui m'a fait/laissé souvenir d'une vieille amie de moi, en fait une amie d'une amie, depuis devenu la femme d'un ami, mais je ne les ai pas vu ni l'un ni l'autre (ni le troisième) depuis une décennie, et cela ne m'étonnerais pas si ils seraient devenus depuis divorcés.

Et bien que le histoire des rélations compliquées n'a rien à voir avec ma propre vie banale, j'ai commencé à trouver les interactions entre les charactères très plausible. Cela m'a fait un peu nostalgique de voir cette époque, les années quatre-vingt, et les gens ordinaires avec des boulots ordinaires et des rélations ordinaires (c'est à dire, un peu compliquées) me présenter sur l'écran. Normalement on ne voit pas de vrais gens ordinaires dans les films. Même quand les characters sont censés être orinaires, ils sont trop "parfaitement" ordinaires, quand ils sont censés être miserable, ils sont trop parfaitement miserable, quand ils habitent des apartements modestes, ils sont trop parfaitment modestes.

Bien sûr que comme tout le monde j'aime voir aussi des films avec des vedettes, des gens parfaits, avec des vies privilégiées, qui ont des carrières fascinantes et formidables, les habitations glamoureuses, ou si ils sont censés être modestes, et alors, c'est toujours un artist lui, ou un créatif, qui l'a réussie lui-même à tout décoré d'an style originel mais bon marché avec des meubles qu'il a trouvé sur un marché à pouce ou qu'il a lui-même bricolés.

Mais ce que j'ai vraiment trouvé croyable, étaient la normalité des rélations entre les gens, les rélations difficiles, les rencontres maladroits et/ou gênants, et surtout, le fait que les rélations évolueaient lentement pendant des semaines, voir des mois peut-être, plutôt que comme dans la plupart des films, où un seul dîner suffice, pour que les inconnus deviennent un couple.

Et bien sûr les fringues. Vives les années quatre-vingt.

J'ai vu aussi David Duchovny dans Californication. Il est devenu plus agés, mais ses cheveux sont restés jeunes.