Eurobonds: un avis personnel

  •  
  • 299
  • 1
  • 1
  • French 
May 24, 2012 21:09
En fait, je ne suis pas très doué pour l'argumentation, mais je vais essayer de lister quelques raisons pour lequels je pense cela serait une mauvaise idée.

Les règles de l'union monetaire était créé comme ils sont, afin que les pays individus soient toujours eux mêmes responsible de leur propres dettes. Les règles eux-même ne sont pas trop mal. ( Si tous les pays les ont suivi, on n'aurait pas arrivé dans la bulle de crédit dans laquelle on maintenant se trouve. )

Il n'y a pas grand raison pourquoi une banque centrale doit s'indebter et/ou preter de l'argent au gouvernement, même si c'est vrai qu c'est le modéle qui s'emploie dans la plupart du monde depuis longtemps.

La grèce aurait avoir à continuer à emprunter de l'argent sur le marché, c'est seulement qu'une autre institution ( la banque centrale ) serait entre les deux parties, et que les emprunts seraient sécuré par tous les membres de l'Union Européenne.

Les communes et régions de la France et l'Allemand devaient/peuvaient eux-mêmes autrefois se financer (en francs et marks) sans besoin de leur propre banque "central".

Comment peut la possibilité d'emprunter de l'argent aux taux plus bas aider les grecques ? C'est exactement ce qu'a causé le problème. Il n'y a pas d'incentif de faire l'économie plus competitif.

Les prix und salaires en grèce sont trop élevé pour sa capacité économique. Ils ont vecu depuis dix ans, sur les emprunts. Ils doivent reduire les coutes, ou au moins les tenir en main pour encore des années, pour devenir competitif. (Ou partir de la Zone Euro)

J'sepère que les gens, surtout eux en grèce, ne sont pas offensés par mes pensées, mais personne peut faire un économie competitive d'un jour à l'autre et en particulier pas par encore plus de credit. La dette devra être anullé, mais il va être quand même beaucoup de deprivation. La situation en grand bretagne n'est pas vraiment plus encourageant. Je pense que dans une ou deux années, nous se trouverons dans la même situation.

Il n'y a pas de "free lunches" dans l'économique.