le 6 octobre 2017 (4)

  •  
  • 33
  • 0
  • 2
  • French 
Oct 7, 2017 17:39
J’errais dans le couloir. Je voulais aller en cours d’anglais mais je me suis perdu. Je faisais des allers-retours inutilement comme un oiseau qui ne savait pas où rentrer. Tout à coup, une fille qui était assise par terre m’a adressé la parole et m’a demandé si je cherchais la salle de cours d’anglais de W. Je lui ai hoché la tête. Elle m’a dit « C’est ici. » et s’est remise à regarder son portable. Elle se souvenait de moi mais je ne l’ai pas reconnue. Je me suis assis à son côté et j’ai attendu mon professeur.
Mon nouveau professeur d’anglais est un homme assez âgé. Je ne connais pas son âge mais j’ai l’impression qu’il a au moins soixante ans. Ses cheveux sont entièrement blanchis. Il parle en entrouvrant ses yeux comme s’il était ébloui. Je ne sais pas s’il est anglais ou américain (ou bien s’il est d’autre nationalité.) Ma professeure d’anglais du premier semestre était Y. Même une personne comme moi, qui ne maîtrise pas l’anglais pouvait reconnaître qu’elle était purement anglaise grâce à son accent britannique. De plus, elle portait de temp à autre des vêtements bariolés, même psychédélique. Je ne serais pas étonné même si elle était un personnage qui s’est perdu du monde des Aventures d’Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll.
W nous a montré un graphique mystérieux sur lequel étaient marqués les noms de certains pays (L’Islande, l’Australie, l’Allemagne, Washington etc.) et les périodes de quelque chose, et des chiffres en gros. « Devinez ce que ces chiffres signifient. », nous a-t-il dit en anglais. Quelques filles ont suggéré des réponses mais en vain. Je lui ai demandé si ce n’étaient pas le nombre de personnes tuées par un pistolets. En réalité, ces chiffres indiquaient le nombre des victimes qui avaient reçu des balles de la police. (Donc, ils n’étaient pas forcément tous morts). À la fin de cours, il nous a dit : Et alors, vous aimeriez bien vivre aux États-Unis ?