Le rêve (3)

  •  
  • 19
  • 1
  • 1
  • French 
Nov 10, 2017 06:38 journal
J’ai soulevé la planche. Elle était plus lourde que je ne le pensais. Aussitôt qu’elle a été enlevée, de la vapeur d’une odeur nauséabonde en est sortie. J’ai inconsciemment couvert mon nez avec ma main. Ma camarade faisait la grimace. Le trou qu’on a ainsi découvert était totalement obscur. J’ai craintivement approché mon oreille. J’ai entendu un bruit régulier qui ressemblait à celui d’une locomotive à vapeur au fond. C’était sans doute la salle de chauffe.
« Je pense que c’est dangereux de descendre ici. Je descendrai tout seul. », ai-je dit à ma camarade et je l’ai remerciée. Elle m’a souhaité une bonne chance et est partie.
Il semblait qu’une échelle était accrochée au mur. J’ai d’abord mis mon pied, puis j’ai mis ma main. Les échelons était gras. La lueur faible m’a permis de découvrir qu’elle était entièrement rouillée. J’ai eu peur qu’un échelon tombe tout à coup. J’ai descendu petit à petit, en faisant attention à ne pas glisser.
Au fur et à mesure que je descendais, le bruit régulier devenait de plus en plus distinctif. Parfois, la vapeur d’une odeur nauséabonde a traversé mon corps et chaque fois le chlorhydrie acide est montée dans mon œsophage. Je ne sais pas combien de temps s’est écroulé, mais je suis au final arrivé au fond le plus bas.
J’ai écrasé quelque chose de moelleux sous mes pieds. Le bruit ressemblant à la vapeur de la locomotive grognait maintenant comme le gémissement d’un géant. Il semblait être à la fois indigné et chagriné.
Le couloir étroit était le seul chemin que je pouvais suivre. La main sur le mur, j’ai avancé tout seul.
Au bout de quelques minutes, j’ai rencontré une porte rouge. Une plaque rouillée sur laquelle il était écrit « La salle de chauffe » était accrochée dessus. Elle était légèrement penchée et si rouillée que ce mot était à peine lisible. Mais j’ai su que mon intuition était juste. J’ai poussé un soupir de soulagement.
« Bonjour ! Je suis venu réparer une chaudière ! », ai-je crié et j’ai frappé fort à la porte.
Un bruit semblable à un grognement a retenti. J’ai crié de nouveau, plus fort que tout à l’heure, mais en vain. Je ne voulais pas rester longtemps dans cet endroit. J’ai tourné la poignée, alors la porte s’est ouverte sans problème.