Malades, imaginaires ou responsables ? (DALF C1 essai argumenté 250 mots)

  •  
  • 211
  • 11
  • 2
  • French 
Jun 20, 2016 18:49 DALF C1 production écrite
Malades, imaginaires ou responsables ?
Loin du personnage de Molière “Argan”, le malade imaginaire, prêt à avaler tous le médicaments en raison d’une hypocondrie folle, les français seraient-ils désormais des patients attentifs et responsables.
Dans l’attente de voir un médecin, citoyens informés accèdent au marché des médicaments « délistés ou hors de liste », plus de 4000 produits pharmaceutiques, consommés, en France, sans prescription.

Le remboursement reste la principale raison, d’accéder à la sécurité sociale, où , pourtant, des médecins, quelques fois complices avec les industries pharmaceutiques, prescrivent n’importe quoi à des consommateurs inconscients.
Ce cadre désormais est en train de changer. Nous, les patients, avons accès, désormais, à maintes d’informations et nous sommes mieux éduqués à une hygiène de vie saine.
On est prêts donc à faire le bond en avant vers « l’automédication ». Ce sera un grand gain économique pour la Sécurité social et en même temps nous obligera d’être plus conscient.

Toutefois, personne ne peut nier que les symptômes, comme une fièvre ou une constipation, peuvent cacher des maladies bien plus graves.
De surcroît, la consommation des produits pharmaceutiques peut être très dangereuse en raison d’une surconsommation et d’une incompatibilité entre composants chimiques.

Pour limiter les risques, donc, l’aide d’un pharmacien est indispensable.
Par le biais du dossier pharmaceutique, celui-ci pourra voir toute la chronologie des consommations du patient et tout aussi bien le conseiller pour le mieux.
Patients, pharmaciens et médecin, pourront ainsi collaborer soigneusement dans un réseau où chacun aura ses responsabilités.