L’érosion de la biodiversité (compte rendu de l' émission rfi"Le monde change")

  •  
  • 150
  • 2
  • 1
  • French 
Mar 10, 2017 13:27
Cette émission, "le monde change", analyse les causes de l’érosion de la biodiversité.
D’une part le développement des populations humaines, de l’autre la disparition des espèces animales, en sont tirés en cause.
On verra que certains choix économiques comme la production de masse, la déforestation, la gestion de grandes espaces comme les réservoirs et même une certaine politique fiscale, entraînent de conséquences graves pour l’érosion de la biodiversité et donc pour la conservation des espèces et pour la vie elle-même de l’homme.
Tout d’abord la santé.
Les virus trouvent dans les animaux identiques, sélectionnés dans la production de la nourriture de masse, un terrain favorable pour se renforcer. D’ici à l’homme, comme la grippe aviaire en est la démonstration, le pas est bref.
Deuxièmement l’interdépendance des espèces.
Personne ne sait pas encore prévoir quelle seront les conséquences d’une déforestation, qui cause la disparition de millions d’espèces. Les espèces sont foncièrement liées comme les parties d’une chaîne. Au bout de la chaîne il y a l’homme. Seulement une économie durable pourra faire cohabiter l’exigence de développent et la survie sur la planète.
On passe maintenant de petites espèces aux grands animaux, qui, comme l’homme d’ailleurs, ont besoin de grandes espaces. La compétions avec l’homme exige des choix raisonnables, car la présence de l’être humain pourrait nuire aux grands animaux, et son absence n’aurait aucun sens, elle serait absurde et source d’énormes gaspillages.
Finalement, l’économiste et anthropologue Jacques Weber nous brosse un véritable cadre des liens étroits entre économie et nature. Par le biais de l’histoire des éléphants qui mangent la glande des arbres d’Ajad et permettent à ses grains de pousser et de favoriser les paysans, il nous explique que si se casse un seul engrenage tout le système sera en danger. Dans la recherche des causes de faillite il faut toujours aller jusqu’au fond. Par exemple ce serait scandaleux inculper les populations locales de l’érosion de la biodiversité car souvent elles ne possèdent même pas la terre ou elles sont poussées à des comportements nocifs pour la nature, par des politiques fiscales erronées.
En conclusion souvent l’économie entraîne des comportements nocifs pour la natures, mais le consommateur, lui aussi engrenage du système, est tiré en cause avec ses choix au moment des achats.
Learn English, Spanish, and other languages for free with the HiNative app